logo egl Francais
Francais
English
English
Deutsch
Deutsch
accueil plan site contact admin

 
Vous êtes ici : Histoire de la mandoline > Le baroque français : la mandore
L'Ensemble Gabriele Leone

Histoire de la mandoline

Evénements, concerts

Disques

Contacts, échanges

Compositeurs
Ils ont composé pour nous
Contemporains
Du 19e / 20e siècle
Du 17e au 18e siècle

Organiser un concert ...

Liens

Rejoignez-nous

Le baroque français : la mandore

Sans doute éclipsée par la toute nouvelle " guitare renaissance ", la guiterne médiévale décline à la fin du 15e siècle. L'Allemand Sebastian Virdung la mentionne dans son traité Musica Getutscht daté de 1511 (" Quintern ") et l'espagnol Juan Bermudo décrit en 1555 un instrument semblable appelé " bandurria ". C'est semble-t-il d'Espagne, plus précisément de Navarre, que l'instrument va émigrer en France sous le nom de " mandore ", vers 1570. La caisse était soit taillée dans un bloc, à l'ancienne manière, soit " à côtes " comme les luths. Il y avait ordinairement quatre cordes simples accordées en quarte et quintes. Les témoignages du musicologue allemand Praetorius et du luthiste italien Piccinini sont confirmés par les inventaires dressés à la mort de certains luthiers parisiens : la mandore était très répandue en France, peut-être autant que le luth. Pourtant très peu de musique composée pour elle a survécu, conséquence sans doute de son utilisation surtout populaire : ce tout petit instrument pouvait se porter aisément sous le manteau.
La Tablature de mandore de François de Chancy , publiée en 1629 et dédiée au duc de Richelieu, Premier ministre du roi Louis XIII, constitue le répertoire le plus raffiné de cet instrument. Il contient six suites de danses commençant par une " recherche " non mesurée et une séries de branles. Chancy, dont c'était là la première composition, fut surtout connu par la suite pour ses chansons.

Mandore - 15.2 ko
Mandore
Carlos Gonzalez, 1995


Dans la même rubrique :
L'époque médiévale : la guiterne
Le baroque italien : la mandoline lombarde
L'époque classique : la mandoline napolitaine.
Le choix de la basse
L'aube du romantisme : mandolines milanaise, bresciane, crémonaise


Accueil | Plan du site | Nous contacter | Admin | Mentions légales
TOUS DROITS RÉSERVÉS © 2003 Association Gabriele Leone Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP