logo egl Francais
Francais
English
English
Deutsch
Deutsch
accueil plan site contact admin

 
Vous êtes ici : Histoire de la mandoline > Le baroque italien : la mandoline lombarde
L'Ensemble Gabriele Leone

Histoire de la mandoline

Evénements, concerts

Disques

Contacts, échanges

Compositeurs
Ils ont composé pour nous
Contemporains
Du 19e / 20e siècle
Du 17e au 18e siècle

Organiser un concert ...

Liens

Rejoignez-nous

Le baroque italien : la mandoline lombarde

La mandore française est bien implantée en Italie dès 1660 environ ; mais sa première apparition dans ce pays est bien plus ancienne : en 1589, elle fut utilisée lors du fastueux mariage de Ferdinand de Medicis avec Christine de Lorraine, à Florence. Les Italiens conservent d'abord les quatre cordes de la mandore, mais elles sont doubles et accordées à l'octave du luth, en quarte et tierces. Vers 1700, une cinquième corde grave est ajoutée, puis une sixième. Cet instrument, très prisé dans la première moitié du 18è siècle, est appelé à cette époque mandola ou mandolino . La technique de base étant assez simple, il était utilisé à des fins pédagogiques pour apprendre la musique aux débutants. Mais d'excellents professionnels, souvent luthistes ou théorbistes, en jouaient aussi. Les pièces les plus célèbres sont bien sûr les concertos de Vivaldi, mais cette mandoline fut employée aussi dans des airs d'opéra ou d'oratorio, en Italie et à Vienne, entre autres par Vivaldi, Bononcini et Ariosti.

Carlo Arrigoni était compositeur et luthiste à la cour de Florence ; il a composé plusieurs sonates pour mandoline et basse continue. Selon l'usage de l'époque, l'accompagnement est noté en " basse continue " : les accompagnateurs improvisaient à partir d'une partie de basse et de chiffres indiquant les accords. C'est souvent un clavecin, éventuellement renforcé par un violoncelle, qui accompagnait. Ici, nous avons utilisé un théorbe, sorte de grand luth grave à double manche, spécialement inventé au 17è siècle pour jouer les basses continues.

Ce n'est que très récemment qu'on a découvert que le grand claveciniste Domenico Scarlatti [1685-1757] a composé pour mandoline : à partir du manuscrit d'un mouvement d'une sonate en ré mineur intitulé Sonatina per mandolino e cimbalo que nous avons retrouvé à la Bibliothèque de l'Arsenal de Paris, le mandoliniste Ugo Orlandi a pu établir que l'instrument non spécifié sur la partition de plusieurs sonates de Scarlatti étaient bien la mandoline. La sonate en sol mineur enregistrée ici comporte en effet des accords typiques de la mandoline lombarde qu'aucun autre instrument ne peut jouer aisément. Bien sûr nous avons choisi le clavecin pour l'accompagner et la mettre en valeur.

Mandoline lombarde - 32.4 ko
Mandoline lombarde
E. Saunier, ca 1780


Dans la même rubrique :
L'époque médiévale : la guiterne
Le baroque français : la mandore
L'époque classique : la mandoline napolitaine.
Le choix de la basse
L'aube du romantisme : mandolines milanaise, bresciane, crémonaise


Accueil | Plan du site | Nous contacter | Admin | Mentions légales
TOUS DROITS RÉSERVÉS © 2003 Association Gabriele Leone Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP